Ironman Muskoka, Hunstville, Aout 2015.

ironmanmuskoka-announement-creativeassets-article-740x370

Date 30 Aout 2015

Epreuve triathlon Ironman,

Lieu Huntsville, Muskoka, Ontario.

Depuis Novembre 2014, je me suis inscrit à cette épreuve avec mon beau frère. Notre premier Ironman 140.6. C’est la première édition de cet IM, donc aucun retour d’expérience sur cet événement, juste le IM 70.3 que Muskoka organise chaque année qui lui, a de très bons retours.

Les parcours vélo et course à pied se dessinent et courant Avril/Mai on découvre un parcours vélo avoisinant les 2500m de dénivelé ! Mon beau frère perd son sourire et son enthousiasme, moi je suis plutôt rassuré, c’est dans les bosses où je rattrape mes lacunes.

C’est avec ma famille que l’on va à Muskoka, pour un week end de 4jours, afin de profiter de la belle région qui vaut le détour ! Mais je ne décrirai ici que la course, pas de tourisme !

Le check in pour les athlètes se fait le vendredi, les bénévoles sont nombreux et très gentils, je n’ai jamais été aussi bien traité (même dans les plus prestigieux hôtels, je n’ai pas eu autant de services qu’à Muskoka). Ils nous donnent déjà plusieurs cadeaux de bonne qualité (à $700 l’inscription c’est un peu normal quand même).

On pose le vélo ainsi que les sacs de transition le samedi, plus une réunion des athlètes en fin de matinée. Rien de spécial, une course comme les autres mais avec des gros moyens.

La course à lieu le Dimanche, réveil 3h (du mat bien entendu) ! Pt’i dèj, on attrape le wet-suit et direction l’aérodrome où l’on stationne le char pour prendre une navette qui nous emmène à la course (des navettes qui tournent en boucles toutes les 5/10min, c’est vraiment efficace et nous avons à peine attendu 1 ou 2min.)

Arrivés à l’aire de transition, on gonfle les pneus, on pose la bouffe et les boissons sur le vélo, puis direction le lac. Le départ est prévu a 6h45, l’organisation ouvre la zone d’échauffement a 6h30 (ce qui pour moi me convient parfaitement, 5 min de warm up et on se place dans son caisson. C’est un départ de type rolling start, des affiches sont placés pour positionner les athlètes en fonction de leur chrono estimé sur la nage (moins de 1h, 1h-1h10, 1h10-1h20, …) je me place donc dans le deuxième sas car j’estime pouvoir faire un sub 1h10 sur ces 3,8km.

L’animateur fait bien son job, l’ambiance est très bonne, nombreux sont les spectateurs encourageant les 1300Athletes. 6h45, coup de pistolet, les premiers athlètes s’élancent et nous avançon gentiment vers le lac. Le chrono est individuel pour chaque concurrent et ce dernier commence lorsque nous passons sur le capteur à l’entrée dans l’eau. Donc pas de bousculade, ca avance relaxe mais rapidement tout de même. Tout à coup, plus personne debout devant toi, juste de l’eau et des bonnets qui avancent dans cette eau. Là, c’est parti pour une bonne et longue journée.

De tous les triathlons que j’ai fait c’est le meilleur au niveau du départ de natation ! Personne au contact, aucune bagarre aucun coup ! Je commence même à regretter de ne pas avoir à maudire mes voisins ! Incroyable ! Rolling start approved !

Le parcours consiste en une boucle de 3,8Km, on suit les bouées jaunes et on tourne à droite aux bouées rouges. Très facile à identifier on peut pas se perdre ni se demander où on en est car de surcroit chaque bouée est numéroté, la signalisation est parfaite. Le vent n’est toujours pas levé à cette heure et le lac est donc sans vague. Je double un peu de monde, principalement des femmes (bonnets roses) elles devaient se prendre pour superwoman à se mettre dans le corral moins d’heure et se faire doubler par moi, piètre nageur! Enfin, des blaireaux qui pensent être plus fort que tout le monde il y en aura tout le temps…

La nage se passe super bien, une eau à 20/21ºC, claire, sans bousculade. Un peu de végétation dans les derniers 50m pour la sortie. Aussitôt sortis les bénévoles vous aident à vous extirper de l’eau et une armé de « wet suit Pealer » sont là, Je regarde ma montre : 1h05min, Objectif Nº1 atteins ! Je me dirige vers les premiers bénévoles disponibles et il m’enlèvent ma combinaison en quelques secondes. Puis on se dirige vers la zone de de transition, un petit sentier goudronné d’environ 300m a parcourir pour atteindre nos sacs.

1194_009128

Un volontaire est encore là avec moi et m’assiste pour ranger mon wet suit, bonnet et lunettes. Je n’ai que mon casque de vélo à prendre et je dégage, donc une transition vraiment minimaliste.

J’attrape le vélo, je saute dessus et c’est partit pour le gros morceau de la journée, 2 boucles de 90km avec 1250m de D+ chacune.

Je me suis fixé comme objectif une moyenne de 32km/h. J’ai parcouru en voiture le parcours la vielle afin d’avoir une idée de ce qu’il nous attend et voir un peu l’état des routes. La première partie (10km) étant un peu chaotique, le reste du parcours le revêtement étant tout neuf, un vrai billard ! Mais dès le premier km ‘boum’ un légé trou/creux dans la route et je perd mon bidon d’électrolyte. 2km plus loin badaboum le second bidon tombe.. Je n’ai plus de liquide…. Je jure un peu, puis compte maintenant sur les ravitaillement tous les 20/30km… cette grosse première descente avec cette route un peu saccagé, une route classique pour Montréal, on y trouve de tout, des bidons, des lunettes de soleil, des cartouches de CO2, de la nourriture, nombreux sont ceux qui comme moi y on laissé un souvenir.

Dans les 5 premiers kilomètres deux gars roulent cote à cote tout en discutant, en les doublant je franchi/mord la ligne médiane de quelques centimètres pour ne pas avoir a freiner ou frotter le concurrent, 30secondes plus tard un officiel arrive avec sa moto et me dit qu’il est embêté car il ne sait pas quoi faire, s’il doit me disqualifier ou juste un avertissement… Bref je reste implacable ne répond pas ni le regarde même pas… il me demandera a plusieurs reprise si j’ai bien compris qu’il ne faut pas franchir le centre de la route. Je reste stoïque, regarde droit devant moi sans répondre. Je sais que si je l’ouvre c’est pour lui gueller dessus sur le fait de ne rien dire contre les deux types qui roulent cote à cote (occupant tout l’espace réservé pour rouler) en train de jaser a un rytme de promenande sans être inquiétés…. Puis il me laissera tranquille jusqu’au Km 70 où il reviendra me dire qu’il faut rouler le plus a droite possible. Bref, je m’en sort bien.

Le soleil se cache derrière les nuages donc il ne fait pas encore trop chaud c’est agréable, les descentes sont très rapides et les montés font bien ralentir les autres concurrents ! Je suis content dès que je rencontre une bosse ! Les zones de ravitaillements sont longues et bien fournies en bénévoles tu as le temps d’attraper au moins 4 bouteilles ! Si tu en loupe une ou deux il y a suffisamment de marge pour en attraper d’autres ! Ce qui me sauve la mise lors de mon premier ravito ! J’embarque donc une bouteille d’eau et bois direct une boisson sport.

Le parcours est vraiment sympa on suit les bords d’un immense lac tout le long, les spectateurs sont nombreux ainsi que les montées, je regarde mes temps de passages ainsi que mon chrono tous les 10km, et cela se passe bien je suis légèrement en avance sur mon objectif. Le vent ne s’est toujours pas levé. Arrive la fin de la première boucle je suis 12min en avance sur mes temps de passage et j’essaye de garder le rythme, il y à vraiment 3 belles bosses par tour qui sont conséquentes le reste passe vraiment bien, je suis majoritairement sur le grand plateau. Le vent se lèvera sur le second tour ainsi que le soleil fera sa sortie, donc les premières grosses goutes de sueur arrivent et l’effort sur le vélo s’intensifie sur ces derniers 90km. Je sens très bien depuis un moment mes quadriceps qui grillent, et oui, à vouloir pousser fort on se brule les cuisses. Sur cette seconde boucle, je passerai même des athlètes qui en sont qu’à leur premier tour ! Généralement sur les portions de plat (il y en à peu) les gars en contre la montre me dépassent à vitesse grand V, et je les repasse dans la bosse suivante. On joue à se dépasser tout le long du parcours. Je pose finalement le vélo en 5h27min soit 33km/h de moyenne. Aucun ennui, aucune lassitude, le parcours était vraiment agréable ! Je sais pertinemment que mon marathon être une catastrophe au vu du parcours vélo, mais je sais également que personne ne sera capable de faire un bon marathon.

1194_069604

Un bénévole m’assiste pour ma transition, grande classe ! D’autres sont là pour étaler de la crème solaire (j’aurai du en mettre, car j’ai bien brulé).

Le parcours comporte deux boucles de 21.1km. Je fais le premier km en 4’15sec impeccable c’est ma vitesse de seuil pour marathon, plus que 41km à tenir ! Second 4’30, troisième 4’45, puis 4’50, voilà j’en suis a mon rythme de récupération 4’50 au km… mes cuisses piquent tellement que les mollets n’engagent pas comme habituellement… Bridé par mes quadriceps, Je m’accroche et fait du mieux que je peux sans pour autant perdre le plaisir, je reste dans ma zone de confort. Je garde ce rythme juste sous les 5min/km… Je m’arrose bien au ravito bois également et je fais tout ce que je peux pour ne pas marcher dans les montés. AH oui, le parcours de marathon est plus dure que le parcours vélo…. Mais les volontaires sont au top, les supporters font un super job, le parcours est vraiment sympa (sauf une belle portion le long de l’autoroute) Je passerai tout de même 33 athlètes sur ce parcours sans me faire doubler et termine le marathon en 3h28 (un peu moins de 5min/km).

Dernière boucle de 21,1km à courir
Dernière boucle de 21,1km à courir

Le final est digne d’un ironman, c’est grandiose comme les reste des évènements ironman, je termine donc en 10h09, 10eme de mon groupe d’âge et 40eme au général. On nous redonne encore plus de cadeaux, mon père m’attrape en larmes, comblé joie, puis m’accompagne pour me faire masser (il n’y a encore beaucoup de place dans la tente des masseurs à cette heure). Puis douche et repas de finisher. Ce fût une super première expérience, une organisation au top, avec un très beau parcours même s’il est très difficile. En même temps quand on s’engage dans un ironman on s’est que de toute façon on est là aussi pour souffrir !

Un gros MERCI aux bénévoles qui ont travaillés très fort tout au long du week end. L’organisation nous a donné un bracelet de remerciement que nous devions remettre pendant la course à la personne de notre choix en guise de récompense, afin d’exprimer notre gratitude envers les efforts d’une personne. Honnêtement je n’ai pas eu assez d’un seul bracelet à donner, car nombreux sont ceux qui méritaient toute ma gratitude.

Laisser un commentaire